La tonte des

petits camélidés

La tonte est avant tout une question de bien être avant d’être accompli pour le travail de la laine. En effet, nos petits camélidés tels que nous les connaissons aujourd’hui, ont subi de nombreuses années de sélection pour les doter d’une laine de très grande qualité mais aussi en très grande quantité.

Ils ne sont plus comme leur ancêtre, le guanaco, la mue est quasi inexistante. La tonte est donc indispensable, sinon la laine feutre et devient une couche étanche qui empêche la peau de respirer, avec pour conséquences :
  • Le stress de chaleur en été (qui peut être mortel)
  • Des problèmes cutanés comme la gale, des mycoses, des poux
  • Des problèmes de reproduction avec envahissement des parties génitales par la laine
  • Une dégradation de la qualité de la laine
  • Un alourdissement de l'animal qui peut le gêner lors de ses déplacements

La tonte, est le moment idéal pour voir l’état de santé et d’engraissement de ses animaux.

Guanaco

Pratiquer

La tonte

Quand doit-on pratiquer la tonte et combien de fois ?

La tonte à lieu aux beaux jours, quand les nuits ne sont plus trop fraiches afin qu’ils puissent arriver à gérer leur température corporelle de jour comme de nuit. Sur des animaux très peu lainé, voir suri, la tonte peut avoir lieu tous les 2 ans mais sur les lamas lainés et alpagas, il est impératif de tondre tous les ans.

Qui peut tondre ? Et comment ?

Vous-même si vous êtes formé, soit avoir recours tondeur professionnel.

Les animaux peuvent être tondus avec un ciseau manuel adapté soit avec une tondeuse électrique à laine. Ils peuvent être tondus debout comme être couchés, mis dans une barre de contention comme juste à l’attache.

On profitera de ce moment, pour tailler les onglons et vérifier la dentition.

Il est évident que dans tous les cas, on prendra soin de ne pas stresser inutilement l’animal, le but étant de rendre cette étape agréable pour tous !