randonner

avec les lamas

POUR QUI ?

Les randonnées avec les lamas sont ouvertes à tout type de public : valide ou avec handicaps, aux familles avec enfants et aux adultes de tout âge. Bien-sûr, la rando doit être réfléchie dans son ensemble pour s’adapter à la demande, aux attentes du public, à l’âge et aux handicaps des participants.

Pour un public valide les critères seront plus accès sur l’attente du groupe : sportive, ou plutôt rando découverte, et en fonction de la région, nous choisirons le terrain de « jeux » ! L’hébergement doit être pensé en fonction du lieu de la rando et de la demande des clients (tente, gîte, refuge). 

La sélection pour un public à déficience sera principalement le choix de terrain, avec des parcours sans difficultés particulières pour la tenue du lama. L’hébergement sera principalement en dur, car les contraintes de vie sont plus lourdes qu’avec des personnes valides.

QUEL LAMA ?

Un bon lama de randonnée doit posséder une bonne morphologie, de beaux aplombs, être un lama musclé, éduqué au bât de rando pour porter des charges sans problème. Le caractère du lama surtout pour les personnes à déficience est aussi un facteur important, car une confiance sans faille doit s’établir entre le meneur et son lama tout au long de la rando. 

QUEL ITINÉRAIRE ?

L’itinéraire sera choisi en fonction de plusieurs critères : durée de la rando, capacité de marche du public valide ou à déficience, attente des clients, type d’hébergement, et bien-sûr confort du lama pour la nourriture, l’eau et la pause pour la nuit. Une connaissance parfaite de l’itinéraire est impératif, si possible le faire avant avec ou sans lama pour éviter les mauvaises surprises (un lama passe presque de partout). La météo reste aussi un facteur important de la réussite d’une rando.

Toujours avoir à l’esprit qu’une rando avec un lama doit rester un moment privilégié, qui laissera dans la mémoire des  participants des émotions inoubliables avec nos compagnons de vie que sont nos lamas.

Bonne rando !

Nelly et André PERRIN

randonner avec des

PERSONNES À DÉFICIENCE

J’organise depuis plus de 10 ans un séjour de marche sur le plateau de l’Aubrac avec des adultes autistes, sourds et muets. Le groupe est constitué de 6 résidents, deux éducateurs et une infirmière. Ces personnes ont besoin de repères, nous restons donc sur le même gîte à St Chély d’Aubrac, gîte agréé pour les quatre déficiences. Les randonnées se font, soit depuis le gîte, soit sur tout le plateau avec un déplacement des résidents dans leur véhicule et des lamas en fourgon.

Le choix de la rando pour la journée se fera en fonction surtout de la météo, de la forme des résidents ce jour-là, et d’un centre d’intérêt pour le groupe. Le choix du plateau de l’Aubrac permet de grandes variantes d’altitude de 1300m à 400m en quelques kilomètres, et des paysages, tout en n’étant pas trop physique pour les marcheurs qui n’ont pas les capacités physiques et l’entraînement d’un randonneur valide.

André PERRIN

randonner sur le chemin

de st jacques de compostelle

En 2006, première rando sur le chemin de Saint Jacques de Compostelle. Avec un ami accompagnateur, nous avons eu l’idée de proposer une rando d’une semaine d’Aumont Aubrac à Espalion, environ 100km, accompagnée des lamas par le mystique chemin de St Jacques de Compostelle. Belle aventure qui permet de découvrir en 5 jours un des plus beaux tronçons du chemin de Compostelle en France.

Les étapes sont réfléchies en fonction de la capacité des marcheurs mais aussi de l’originalité des gîtes pour le soir (yourtes, couvent), de leur confort pour les clients et aussi des lamas, qui doivent être à l’aise pour la nuit. Une logistique doit être mise en place, pour les petits groupes moins de 6 personnes, je suis le seul accompagnateur et on charge tout sur les lamas avec un maximum de 20kg par lama.

Pour les groupes plus importants, le fourgon fait les étapes, ce qui permet de moins charger les lamas, ils portent uniquement le pique-nique et les vêtements pour la journée. Prévoir en fin de rando le retour des clients au point de départ à Aumont Aubrac ou leurs véhicules les attendent.

La plus belle saison pour traverser l’Aubrac est certainement le mois de mai où les fleurs sont les plus nombreuses, et aussi septembre où les paysages prennent leurs belles couleurs d’automne.

André PERRIN